Décès de Gisèle Ricard

gisele-ricard

C’est avec tristesse que nous vous annonçons le décès de Gisèle Ricard, compositrice agréée au Centre de musique canadienne au Québec. Elle est décédée le samedi 17 avril 2021. Pour lire l’avis de décès

Aussi, il y a quelques années, le CMC Québec a reçu toutes les archives de Gisèle Ricard. Nous avons compilé tous ces documents avec l’aide de notre archiviste et de Mario Gauthier pour les documents audio.

À propos de Gisèle Ricard, laissons parler la compositrice qui nous avait envoyé ce texte en novembre 2013 :

« Ma culture musicale a commencé dans la famille de mon père. Les filles chantaient et les garçons jouaient d’un instrument à l’oreille. À quatorze, c’était un bon début d’ensemble instrumental et on m’a offert des cours de piano pour les accompagner. L’École normale de musique à Westmount, le Conservatoire et l’Université Laval à Québec me formèrent ensuite en interprétation et en pédagogie musicale.
J’ai découvert la nouvelle musique lors de la prestation de Karlheinz Stockhausen au Conservatoire de musique de Montréal en 1964 : une révélation qui inocula la musique contemporaine dans mes veines! Depuis lors, j’ai cherché à étendre la contagion.

Pendant mes études à l’université Laval, Jeanne Landry m’a encouragée à la composition. Ainsi naquit Cage d’oiseau sur un poème de Hector de Saint-Denys-Garneau.

Ma carrière à l’Université Laval s’est amorcée en tant qu’assistante de recherche en pédagogie musicale puis à titre de responsable du Centre de documentation du Studio de musique électroacoustique. J’ai, à cette époque, été membre de GIMEL (Groupe d’Interprétation de la Musique Électroacoustique), un ensemble fondé par Nil Parent et qui s’est produit au Québec, en Ontario et en Europe. 

J’ai ensuite été responsable du Centre de documentation de l’École de musique de l’Université Laval. Cette affectation m’a permis d’accompagner les étudiants dans leur ouverture à la musique de leur siècle.

En 1978, quelques collègues et moi avons fondé l’AMAQ (Association de musique actuelle de Québec). J’en ai assumé la direction pendant ses dix ans d’existence. Les nombreux concerts organisés par l’AMAQ ont contribué au rayonnement de la musique «inouïe» dans la Capitale tout en donnant lieu à des échanges mémorables. C’est ainsi qu’en 1982, nous avons reçu Mauricio Kagel en compagnie d’Aloys Kontarsky, pianiste et Guillermo Gallardo (récitant/baryton).

Ma carrière d’organisatrice de concerts a repris du flambeau de 2002 à 2008 lorsque j’ai accepté d’assumer la gestion de  ERREUR de TYPE 27 (devenu E27), un ensemble créé par de jeunes compositeurs de Québec.

La composition? Depuis 1971, j’ai écrit et fait jouer une dizaine d’œuvres. Et je continue de composer passionnément, très peu et très lentement. »

Gisèle Ricard, Québec, le 4 novembre 2013

Ceux qui souhaitent, comme Gisèle, soutenir la création et l’interprétation de la musique contemporaine peuvent le faire en dirigeant un don au Centre de musique canadienne au Québec (www.cmcquebec.ca).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Merci à :

%d blogueurs aiment cette page :