Denis Dion et Louis Babin honorés au Concours de musique québécoise CMC Québec présenté par Québecor

Denis Dion

Le compositeur Denis Dion
Lauréat du Concours de musique québécoise CMC Québec présenté par Québecor
volet composition


Montréal, le 10 janvier 2013
– C’est avec grand enthousiasme que le Centre de musique canadienne au Québec dévoile les créations choisies dans le cadre du Concours de musique québécoise CMC Québec présenté par Québecor, 1ère édition 2012-2013

L’œuvre gagnante Presso du compositeur Denis Dion sera la pièce imposée aux jeunes pianistes lors de la finale du concours. Celui-ci remporte un prix de 1 000$ pour sa création. De plus, le CMC Québec fera la promotion d’un recueil de pièces pour piano qui sera distribué aux jeunes musiciens des écoles préparatoires de musique du Québec. Les créations Presso de Denis Dion et Allez, viens! de Louis Babin figureront dans ce recueil.

Au total, neuf (9) créations pour piano ont été soumises au concours par des compositeurs agréés du Centre de musique canadienne au Québec.  La sélection s’est déroulée dans l’anonymat et a été assurée par un comité formé de M. Michel Fortin, pianiste et pédagogue, Mme Yolande Gaudreau, directrice de l’École de musique de Verdun et M. Michel Gonneville, compositeur, professeur et chef de la section composition au Conservatoire de musique de Montréal.

Plusieurs écoles préparatoires de musique ainsi que des professeurs de piano indépendants ou affiliés se sont inscrits au concours afin d’y faire participer leurs élèves. La finale devant jury et la remise du prix se tiendront le samedi 8 juin 2013 à 13h à la Chapelle historique du Bon- Pasteur à Montréal.

Ce concours de création et d’interprétation a pour but d’enrichir le répertoire destiné aux jeunes musiciens ainsi que de contribuer à la promotion et à l’éveil de la musique contemporaine québécoise de nos compositeurs.

Denis Dion

Denis Dion possède une maîtrise en composition de l’Université Laval et un doctorat de l’University of Southern California (Los Angeles). Récipiendaire de plusieurs distinctions au Canada, aux États-Unis et en Europe, il reçoit des commandes d’orchestres canadiens et étrangers ainsi que du cinéma. Il a enseigné à la Faculté de musique de l’Université Laval ainsi qu’au Conservatoire de musique de Québec, et a été commentateur pour le service de la musique de la Chaîne culturelle de Radio-Canada.

Denis Dion est compositeur et se décrit comme un artiste multidisciplinaire dont les oeuvres font appel à la mise en son tant par support informatique que par une installation interactive. À cette date, il a eu l’occasion de travailler avec des musiciens d’ici et de l’étranger et a réalisé des musiques tant pour le concert, le cinéma et la télévision et travaille en collaboration avec des artistes provenant des milieux de la danse contemporaine, des arts visuels et de la littérature.

Son travail a été récompensé par le Conseil québécois de la musique lors de la remise des Prix Opus en recevant l’Opus Création de l’année pour la pièce « à la mère » écrite pour orchestre à cordes et dispositif électronique. En 2002, il obtient une bourse du Conseil des Arts du Canada lui permettant d’agir à titre de compositeur en résidence à l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivières pour les saisons 2002-2004.

Au gala des Prix Opus 2005, le compositeur fut récompensé à deux reprises en recevant l’Opus Création de l’année 2003-04 pour « De mains osées toiles » écrite pour ensemble instrumental, CD et traitement en direct ainsi que de l’Opus Compositeur de l’année 2003-04. En 2011, il a remporté le troisième prix au Prix collégien de musique contemporaine et plus récemment le Prix à la création artistique en région 2012 décerné par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

En avril 2008, l’Orchestre symphonique de Québec présentait en première le conte multimédia « Le clan des oiseaux » commandé par la Société des fêtes du 400e anniversaire de la ville de Québec.

Denis Dion est membre du Centre de musique canadienne et sa musique est publiée aux Éditions Dobermann-Yppan.

Louis Babin

Ludique!

Si un seul mot pouvait décrire l’approche de composition de Louis Babin, ce serait bien celui-là. Car la création est pour lui une forme de jeux. Ses premières œuvres sont par ailleurs associées au jeu théâtral : Les filles de l’amour divin à la salle Fred-Barry, L’amiral blanc à caractère intimiste au café-théâtre Les fleurs du mal à Montréal puis les productions plus imposantes telles que Le bossu de Notre-Dame au Centre national des arts d’Ottawa et La légende du roi Arthus à l’Usine C à Montréal.

Une carrière de créateur qui pendant près de 30 ans doit cohabiter avec une carrière d’instrumentiste. Altiste jusqu’au début de la vingtaine et trompettiste pendant 40 ans, Louis Babin a eu à mettre beaucoup d’emphase sur le jeu instrumental. Grâce à sa présence sur scène, il a touché à tous les genres musicaux : le classique, le jazz, le contemporain, l’expérimental, l’actuel et même le populaire, ce qui l’aura amené à jouer à New York, Paris, Bâle, Zurich et Toronto.

C’est une palette riche de langages éclectiques qui lui donne les outils nécessaires pour composer ses œuvres cinématographiques, soit des courts-métrages, des longs-métrages, un documentaire et des films d’animation. Il a été en nomination pour la meilleure musique originale au Golden Sheaf Award pour le court métrage Zie 37e Stagen. Une courte incursion dans le milieu publicitaire et corporatif le verra travailler pour des marques aussi prestigieuses qu’Arthur Andersen, Hydro-Québec, Kodak et plusieurs autres.

Il conserve cependant un intérêt profond pour la musique de concert. C’est l’une des raisons qui le pousseront à se ressourcer auprès de Michel Longtin et d’Alan Belkin à l’Université de Montréal. Suite à ce retour aux études, on lui a proposé quelques commandes d’œuvres dont une pièce pour quintette de cuivres, afin de commémorer le 40e anniversaire d’Expo67. Ainsi L’Homme exposé a été créée par les musiciens de l’Orchestre métropolitain du Grand Montréal sous la direction de Yannick Nézet-Séguin en 2007. Il obtient en 2010 le poste de compositeur en résidence d’une durée d’un an à l’École FACE de Montréal qui célébrait ses 35 ans d’existence.

Son langage musical se raffine et se précise avec ses pièces pour piano Qui suis-je?, Vains sont les jours et finalement Duel. Duel se voit décerner une mention spéciale au World Music Competition IBLA Grand Prize qui a eu lieu en Italie à l’été 2010. Sa suite pour orchestre à cordes La suite du promeneur, créée sous la direction de Boris Brott en 1992, a été reprise par l’Orchestre de chambre de Montréal en 2010, mais avait été jouée auparavant au festival des Eurochestries à Vienne en France par l’Orchestre à cordes de l’École FACE, à l’été 2009.

Louis Babin_Résumé

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Merci à :

    CALQ CAM SOCAN CRÉ Montréal Patrimoine Canadien Ville de Montréal CAC
%d blogueurs aiment cette page :